LA MACHINE A JOUER

(Née plusieurs fois, morte plusieurs fois ; titre provisoire)

Projet de création pour un théâtre sonore, interactif et immersif 

Ce projet comprend l’écriture et la réalisation du prototype d’une pièce de théâtre interactive et immersive avec une commande d ’écriture et le développement d’un  environnement technologique adapté. 

Ce projet est un jeu de théâtre multi-joueurs, dont on est à la fois spectateur et acteur.
Equipés d’un casque, d’un micro et d’un smartphone, les joueurs (de 4 à 8) sont invités dans un même espace (salle de classe, théâtre, autres lieux) pour jouer une pièce d’une quarantaine de minutes. La pièce à jouer s’adressera à des non-acteurs et en priorité à des adolescents, mais elle devrait aussi pouvoir être jouée avec des adultes.  

Le rôle de chacun sera soufflé sous forme de textes sur l’écran de son smartphone ou de fichiers son (voix) dans son casque. C’est le déroulé et la combinaison des différents actions réalisées et répliques dites par les joueurs qui constitueront la pièce. 

Nous travaillons à mettre en jeu l’environnement réel des joueurs (corps, voix, objets, espaces du jeu) en interaction avec un environnement immersif et interactif par le truchement des écrans et des casques (indications personnalisées de textes à dire ou d’actions à réaliser, musique, transformation vocale en temps réel, spatialisation, paysages sonores…). Nous travaillerons un premier prototype présentiel au sein d’un espace non théâtralisé (par exemple une salle de classe.) 

Nous souhaitons expérimenter des parties du récit avec des entrée à choix multiples (non linéaire) où les spectateurs-acteurs seront amenés à faire des choix pour faire avancer le récit.  

PROCESSUS DE CREATION

L’écriture de la pièce  

La pièce pour le moment intitulée « Née plusieurs fois, morte plusieurs fois » est écrite à 3 mains (Pauline Sales, Marc-Antoine Cyr et Camille Duvelleroy).  

Nous avons retenu les thèmes suivants : les repas de famille, les fantômes généalogiques, les secrets de famille, les relations intergénérationnelles, l’identité, le genre, le suivi d’une famille sur plusieurs années.  

La pièce devra combiner des contraintes d’écritures issues du théâtre et du numérique préalablement partagées au sein de LaBrigata :  

  • Les actions scéniques se dérouleront dans une salle unique, de taille moyenne. Pas de scénographie, hormis la présence d’une table et de chaises.  L’écriture est à l’adresse du tout public jeune non-acteur, en présentiel. Les actions scéniques demandées devront être simples ; les répliques seront courtes afin de pouvoir facilement être lues sur l’écran des smartphones.  
  • La pièce durera une quarantaine de minutes et l’écriture privilégiera le son dans ses mises en situation.  
  • Plusieurs niveaux d’énonciation pourront exister : une narration générale (maitre de jeu, voix off…), scènes jouées en direct… A ce titre, elle pourra avoir recours à un.e acteur.trice professionnel.le en présentiel.  
  • La pièce pourra jouer avec le temps : « flash bask », « flash forward », mettre en scène des actions scéniques qui se déroulent simultanément.  
  • Elle présentera une ou des fourches narratives qui oblige.nt le joueur à choisir une direction du récit. 
  • L’écriture devra rester ouverte aux évolutions techniques de la Machine à Jouer qui combinera plusieurs technologies, permettant l’édition de textes (les indications pour les joueurs), la diffusion d’images  (utiles à la narration), la diffusion de sons  et leur spatialisation (des paysages sonores, des sons ponctuels) et la transformation vocale.  

Des phases de test

Pour tester la jouabilité de cette pièce dans ses dimensions techniques mais aussi narratives (avec notamment la question des choix multiples ou la présence d’un comédien.ne professionnelle lors du jeu au-delà de la voix off du narrateur), il nous est apparu indispensable de prévoir des temps de tests auprès de groupes d’adolescents et des temps de développement technique. 

Après une première résidence technique en octobre 2021 à Bords 2 Scènes, puis un temps de laboratoire au sein de l’Université Nanterre (partenariat Artec), plusieurs phases de test de jeu sont prévues auprès de groupes de jeunes membre d’un atelier théâtre ou jeunes en service civique à Vitry le Francois. Une autre phase de test aura lieu en milieu scolaire (Lycée Teyssier à Bitche) dans le cadre d’une résidence de création (dispositif Drac / Rectorat de Nancy). 

Au moins un des auteurs sera présent sur chaque phase de test afin de valider ou modifier l’écriture de la pièce.  

Dossier de présentation

La machine à jouer